Anne Sophie Morelle
 
Anne Sophie Morelle - Sculptures
| accueil | projets | biographie | textes | contact |

TEXTES

 

Anne Sophie Morelle - Life Studies

(by John K. Grande)

Anne-Sophie Morelle's sculptures are human in scale. Whether it be a boy, a girl, a young couple, or an old woman, the atmosphere these sculptures project is classical though their conception is wholly contemporary. This back and forth reading between the archaic and the contemporary builds a tension in these recent sculptures. As inventive scenarios, they are contemporary in conception, yet tinged with a symbolism worthy of George Minne (1866-1941), the Belgian sculptor. Minne’s well known Fountain of the Kneeling Youths has something of Anne-Sophie Morelle’s youthful introspection, a sensitivity to the social side of life that likewise inspired Auguste Rodin and Camille Claudel.

There is a textural immediacy and abstract gestural spirit in Anne-Sophie Morelle’s surface treatment. These recent sculptures are created using the lost wax technique can have a formal presentational character, but Morelle adds her own creative contextualization to the way she places the bodily form, situates it in space, and situates her sculptures presentationally. Morelle's scuptures capture the figure, with an imaginative ambiguity that borders on androgeny. We can see this in Grace (2003). The undulating surface texture and detail captures light to great effect. Intangible and ambiguous surfaces that look worn by time offer us clues, tell us these are indeed 21st century sculptures. Le Defi (2001), again begins as an archaic study, but then lets the surfaces wear, the textures and material effects take over.

Anne-Sophie Morelle’s sculptures are composed in a simple presentational way. There is a suggestion that these compositions could be part of some more monumental project, emerging as they do as material manifestations of the artist's way of working. The subjects are intimate. The surfaces makes them look like ancient works at times, or at least sculptures that reference other places, other times. Some of these sculptures like Le Repos are frozen in time, almost like the figures from the Roman city of Pompeii in the Italian Campania region who were completely buried during the catastrophic eruption of Mount Vesuvius over a two day period in August 79 AD. We have a similar sense with Le retrait (2006), a portrait of aging with a modernist flair.

While so much sculpture of our era extemporizes, to express a psychic dimension Anne-Sophie Morelle’s sculpture expresses our physical bodily relation to space which is a not so common approach these days. There is a silence and poise and a sense of the stillness of time in Daphne, a sculpture whose fresh physical vitality recalls Gustav Vigeland's sculptures of children at Frogner Park in Oslo , Norway . sculptures for its fresh and candid forthrightness. There is a silence and poise to Au-delà de soi, a work that recalls ancient Egyptian sculpture for its hieratic and formal presentation of the human body. Morelle’s sculptures are not simply re-creations of the ancient found forms, but contemporary and inventive explorations of some ancient, classical and more contemporary motifs.

Contemporaneity and the classical meet in the fragment, as is the case the L’homme au baton or Carmen. The erosion of the surfaces, and simplicity of the look of these works, is as much a disguise, and perceptual innovation, as it is a call to awaken some sense of a past. Resonances and D’un soir, un jour capture couples at a moment of quiet reflection.

There is something classic, and symbolist, to Anne-Sophie Morelle's sculptural intent. And Belgium is a cornerstone of that symbolism, so to see a woman next to a leopard is to situate humans in relation to a mythology, to question our place, our origins and this is truly an interesting area for a sculptor to explore. The animals are in a symbiotic relation with the peoples in Morelle’s sculptures and these compositions look too silent to be real. They are more eternal quality in that they raise questions about our origins, and place in an increasingly mediatized world. Yet there is no pretense or conceptual bias to Anne-Sophie Morelle’s approach and this is not that common these days.

The way Anne-Sophie Morelle builds up and constructs her sculptures is as synthetic as any symbolist painting from the 19th century might have been. The references are now more ambiguous, less captured by the idiom that is their implied narrative. And so these form are caught in an artificial state, yet they have a cadence of the classical but now forms are set in a neutral space.

Since ancient times, sculpture has played a role in furthering the role of art’s social role. 21sst century is to extemporize, to express a psychic dimension outside of consciousness, rather than a conscious recognition of that which exists as a continuity over time, or to extend away from our physical bodily relation to space in today’s sculpture, Morelle's sculpture involves an act of recognition, It is rare for contemporary sculptors to engage the body, to build a relation to our primordial instinctive past, The body become an archaic reflection on our place in the present and likewise for its very unusual classical character becomes a discourse on the language of art in our era.

Anne-Sophie Morelle works , unequivocally, and with a dedication to the craft and technique of sculpture. At her best, Morelle extends the boundaries and language of her sculpture with integrity, further a relevant discourse in sculpture. She does so by challenging and evolving sculptural traditions, projecting these further into an ever evolving future. As intense sculptural portrait studies, Morelle's sculptures do not internalize, nor objectify their subject, but explore a mythology born of the potential meaning or symbolic portent of our inherent place as a society in relation to history. A fabrication of what that history potentially could be – personally and collectively- accompanies the tactile and visual immediacy of Anne-Sophie Morelle’s sculptures.

John K. Grande

Biography - John K. Grande The author of Balance: Art and Nature (Black Rose Books, 1994 & 2004), Intertwining: Landscape, Technology, Issues, Artists (Black Rose Books, 1998), John Grande’s Art Nature Dialogues: Interviews with Environmental Artists was published by State University of New York Press in 2004 (www.sunypress.edu) and in a Spanish edition by the Fundacion Manrique in 2005. John Grande`s Dialogues in Diversity: Art from Marginal to Mainstream was published by Pari Publishing (Italy) in North America in November 2007. Art Allsorts, a collections of John Grande’s writing will be available in May, 2008. www.grandescritique.com

top
 

Anne-Sophie Morelle ou la Faiblesse & la Force

(M. Mesquita)

La force parfois se présente nue, telle Zeus brandissant le foudre. Parfois elle s’insinue grimée de ruse & d’hypocrisie, arborant un rictus à la Talleyrand.

Mais la force n’est jamais aussi intense qu’au cœur du mystère humain, dans l’intensité du don, là même où un regard superficiel ne décèle que faiblesse & douceur. Cette puissance intime, l’apanage des simples & des poètes, est cachée aux brusques & aux hautains. C’est celle qu’exalte l’apôtre Paul, c’est celle qu’immémorialement connaissent les femmes. C’est celle qu’ont porté à l’incandescence politique le mahatma Gandhi ou Martin Luther King.

Il faut, pour la donner à voir, qu’un artiste ou un écrivain n’ait pas peur de son propre secret intérieur, tantôt désert tantôt volcan. Qu’il accepte d’y pénétrer, seul, au risque de s’y perdre ou de s’y brûler, encor & encor, jusqu’à ramener à la surface quotidienne où vivent ses frères humains quelqu’éclat d’oasis, quelqu’étincelle de feu. L’œuvre d’art authentique est toujours fulgurance d’un univers intime, pareille aux pépites d’or que les galions d’Espagne rapportaient jadis du Nouveau monde.

Les sculptures d’Anne-Sophie Morelle sont ainsi. La vérité dont elles vibrent n’est point anatomique, mais bien psychique. Les corps, fragiles, stylisés, sont à l’âme ce que le bois du violoncelle est à la musique: le lieu de sa résonance. Dans cet œuvre, sous l’apparence – suggérée plus que décrite – de la femme ou de l’homme, ou de l’enfant, c’est l’humanité même qui est désignée.

Elle est désignée dans ce qu’elle a de plus délicat mais aussi de plus constitutif: la relation. Les personnages de Morelle en effet sont tous en rapport, ou en chemin. Ils sont tendus – vers autrui ou vers leur vérité propre. Leur mouvement n’est point imparti par une emphase imprimée au bronze, mais par leur regard, par leur simple posture – à telle enseigne que ces sculptures, pour peu qu’on leur en concède le temps, apparaissent progressivement comme des personnes & non plus comme de simples personnages.

Ce passage du personnage à la personne est familier aux lecteurs de romans authentiques: peu à peu, page après page, le lecteur découvre une réalité – politique ou sentimentale, sociale ou psychique – qui n’émeut pas par sa vraisemblance (comme une vulgaire étude) mais qui instruit par sa vérité. C’est bien parce que l’art – ou l’écriture – peut révéler des vérités intérieures, cachées sous les scories du souci ou le faix du quotidien, qu’il importe tant & qu’il libère. Le cœur ayant perçu ces réalités-là peut s’y adonner, peut ainsi grandir. Il en va de même, exactement, du tout-petit qui croît non par le lait seulement, mais par la tendresse qui lui permet d’explorer plus avant que sa faim.

L’humanité est un peuple en marche, & est un peuple de parole. C’est par l’échange que chacun devient, grandit & donne. Mais l’humanité est tout autant un peuple de violence & de vulnérabilité. La vie est fragile. La parole peut aisément faillir & fausser. La force immense – proprement métaphysique – de l’humain est que si le fer & le fiel peuvent tuer la chair, & même atteindre l’esprit, ils ne sauraient abolir le cœur. La forteresse inexpugnable de l’humain n’est pas dans l’amoncellement des cuirasses, mais dans la confiance & le don.

C’est à un tel mouvement qu’invitent les sculptures de Morelle.

Elles peuvent s’apprécier individuellement. Femmes s’offrant à la caresse du soleil ou crispées de douleur & de deuil. Enfants blottis contre l’adulte ou attentifs à découvrir l’étendue du monde. Hommes en attente ou en action, adonnés aux tâches premières de la provision & de la protection.

Certaines figurent des couples dont la tendresse est aussi forte qu’éthérée, à la manière des figures si libres de Chagall ou de Saint-Exupéry. L’un d’eux, ‘Résonnances’, s’inscrit dans l’espace comme une offrande musicale. L’élan de l’homme vers la femme & de la femme vers l’homme n’y est point morne balancier mais ascension toujours à parfaire, de même que la courbe des bras, figurée dans le bronze, dessine & requiert dans l’air un contrepoint, formant ainsi un cercle de chair & de désir dont le centre ardent est le lieu où se rencontrent les yeux fermés des amants…

Une autre encore, ‘L’Ange’, posé pesamment sur son support en reconnaissance des contraintes impérieuses de la matière, est un visage d’une douceur si intime, si substantiellement intérieure, que ses ailes déployées semblent davantage une invitation à notre propre élévation qu’un attribut de l’esprit…

Mais ces œuvres ensemble, quant on a le privilège de les contempler dans l’atelier de l’artiste, forment un véritable récit. Chaque sculpture devient alors un épisode - substantiel, sans doute, & singulier - qui s’inscrit dans une narration. Passant d’une figure à l’autre, l’on se croit accueilli dans un village humain, où l’interaction des personnes & des scènes apparaît comme une allégorie de la vie. Ce n’est pas tant que les sculptures de Morelle déterminent un quelconque scénario, mais parce qu’elles renvoient à la vie de chair & de sang & de sentiments, elles libèrent l’imagination. Chacun peut alors, passant de l’une à l’autre, laisser advenir en soi les histoires qu’elles évoquent, les histoires qu’elles racontent, dont la trame toujours mouvante est commune à l’expérience humaine. Et la texture même de cette trame est l’aventure de l’homme & de la femme. Anne-Sophie Morelle puise cela dans la tempête de l’effort créateur & l’apporte au jour par l’ardue danse de ses mains.

L’amour en effet – ces œuvres l’attestent, & l’esprit, ne sont pas dans la prouesse mais dans la paix. Moins dans l’effort que dans l’accueil, moins dans la certitude que dans la quête, moins dans la force que dans la faiblesse.

Heureux ceux qui savent voir & recevoir.

M. Mesquita

top
 

Kunst in de Troost

(par G. Putteman)

Anne Sophie Morelle is niet alleen kunstenarres, zij is ook een ambachtsvrouw. Haar beelden zijn ook het resultaat van fysieke arbeid. Toch getuigen ze van vrouwelijk raffinement. Haar atelier is uiterst klein, een garage in een prachitge Brusselse herenhuis. Haar prachtige oeuvre is geintegreerd in haar leefwereld. Ze leeft te midden van de overal geexposeerde werken. Voor mij is het duidelijk dat Anne Sophie streeft naar de absolute interne schoonheid. De mens is haar voornaamste inspiratiebron. Haar werk is geworteld in de grote traditie. Beeldhouwen werd voor haar een passie, een tedere obsessie. Haar rusterloze zoektocht naar expressie gebeurt via het gevecht van haar tengere, vrouwelijke handen met de materie. Haar beelden spreken voor zichzelf. Via haar indrukwekkend oeuvre tracht zij het mysterie ''mens'' te ontrafelen. Geconfronteerd met dit tijdloos - prachitg - klassiek werk, kunnen wij kijkers niet anders dan nederig buigen.

Met een meer dan gewone belangstelling zullen we haar artistiek parcours blijven volgen. Alleszins zijn we blij met haar eerste participatie aan de  "Kunst in de Troost".

G. Putteman

top
 

Il est bien étrange ce raccourci

(par A.S. Morelle)

Inutile de vous dire combien je crois en l’homme, en son histoire, en son énergie, en son âme. Je reste si convaincue que l’on aura jamais fini de le représenter car il est sans limites. J’y trouve mon langage.

Représenter le corps humain n’est possible que s’il est chargé de spiritualité et de questionnement sur ce que nous sommes. J’essaye d’y répondre avec rigueur, sincérité et amour.

Pascal disait : « Nous sommes composés de deux natures opposées, d’âme et de corps ». Pour ma part elles sont intrinsèquement liées, le corps humain porte, représente notre réalité et la réalité c’est l’âme. Le corps physique qu’il le veille ou non, traduit inexorablement notre vie intérieure, ses questionnements, son rayonnement, son long cheminement. Il n’est autre qu’un langage. Se donner corps et âme ….

L’art abstrait, s’il garde une part d’émotion, rebondit aussi de cette vie intérieure. Mon langage trouve simplement sa route, son mode dans la représentation figurative.

J’ai un besoin énorme de chercher seule ; un besoin jamais assouvit, qui me rend à moi-même, à mes limites, à ce temps qui lentement nous érige, nous hisse.

Au delà de cette force qui m’habite, plus grande que moi, il y a le plaisir de partager mon travail afin que d’autres puissent y trouver le reflet de leur histoire. Sans le regard d’autrui je ne pourrais cheminer. Et qu’est ce qu’une œuvre sans le regard des autres. Rien ne peut exister par elle-même, ou alors elle est inanimée. Or l’âme c’est la vie, et la vie se partage. Les plantes ne vivent pas seules, la faune vit en étroite relation avec les saisons, avec la flore. Partout ou il y a vie, il y a relation.

A.S. Morelle

top
 

Etudes d'après Nature

(John K. Grande)

Moet je echt een kunstgalerij, museum of salon binnenstappen om de wereld van de scheppende kunst te ontdekken ?

Kunst is een universele taal. Door kunst te integreren in openbare plaatsen of plaatsen waar veel mensen samenkomen of leven, eren we haar op een prachtige manier, maar maken we de kunst vooral ook voor iedereen toegankelijk. Zo kan elk van ons op zijn eigen manier van kunst proeven en er door ontroerd worden. Mijn kunstwerken op de Grote Markt van Kortrijk kunnen tentoonstellen, vervult me dan ook met grote vreugde. Dank u.

"As Morelle werkt compromisloos en wijdt zich helemaal aan de kunst. Morelle verplaatst op een integere manier de bakens van de beeldhouwtaal. Haar werken, die altijd doordrongen zijn van symbolisme en van de geschiedenis van de mens, ademen een intense sfeer van innerlijk leven. Een innerlijk leven waarin spanning en rust elkaar voortdurend afwisselen."

John K. Grande
top
 

Le grave, la vigueur et la grâce

(S. du Chastel)

"C’est courageux à une époque où le conceptualisme règne
de montrer des corps humains. Ce n’est possible qu s’ils sont
chargés de spiritualité, de questionnement sur ce que nous sommes.
Vous y répondez par le grave, la vigueur et la grâce ..."

S. du Chastel
top